LE PETIT PRINCE

Samedi 17 septembre 2016 à 20h

Note d’intention

Marie Tikova, metteur en scène
Sarah Lavaud, pianiste
Bertrand Perier, récitant

« — D’où viens-tu mon petit bonhomme? Où est-ce « chez toi »? Où veux-tu emporter mon mouton? Il me répondit après un silence méditatif :
— Ce qui est bien, avec la caisse que tu m’as donnée, c’est que, la nuit, ça lui servira de maison.
— Bien sûr. Et si tu es gentil, je te donnerai aussi une corde pour l’attacher pendant le jour. Et un piquet.petitprince recto

La proposition parut choquer le petit prince :
— L’attacher? Quelle drôle d’idée!
— Mais si tu ne l’attaches pas, il ira n’importe où, et il se perdra… Et mon ami eut un nouvel éclat de rire :
— Mais où veux-tu qu’il aille!
— N’importe où. Droit devant lui…
Alors le petit prince remarqua gravement :
— Ça ne fait rien, c’est tellement petit, chez moi!
Et, avec un peu de mélancolie, peut-être, il ajouta :
— Droit devant soi on ne peut pas aller bien loin… »

(A. de Saint-Exupéry, Le Petit Prince – Chapitre III) « Le génie, c’est l’enfance retrouvée à volonté » (Baudelaire)

Pour la plupart d’entre nous, l’évocation du Petit Prince renvoie aux mêmes souvenirs épars d’un conte féerique : un aviateur en panne, dessinateur maladroit mais plein de tendresse, un renard en quête d’amitié et de poules, un businessman irascible, des roses et des volcans, des éléphants dans des boas, des baobabs et des réverbères, des grelots et des étoiles. Et, au milieu de tout cela, un petit bonhomme venu d’ailleurs, à la fois lointain et proche, bouleversant dans sa sagesse et sa candeur.

C’est à une écoute renouvelée de ce récit universel, riche de sens, que convie ce spectacle où texte et musique s’animent et s’éclairent l’un l’autre, en un dialogue rythmé et fécond – invitant ainsi chacun à retrouver le regard poétique et émerveillé que, petit, il portait sur le monde.
Conte de fées ou conte philosophique, l’on y parle d’amitié, d’amour, mais aussi de vanité, de cupidité. Et puis cette phrase qui, au fil des séquences, fait écho et nous ouvre des portes : « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux. »

Un piano, des pupitres et les étoiles : une invitation au voyage, au rêve – mais parfois les rêves deviennent initiation.

Musique : Œuvres de Schumann, Brahms, Debussy, Scriabine, Ravel, Bartók, Ibert, Magin

 


Réservation : prieuredebray.reservation@hotmail.fr

ou au 06 41 06 44 50

Participation suggérée 10€


Retour sur www.prieuredebray.org